« Ce qui se passe en Libye relève du crime contre l’humanité »


La télévision officielle libyenne dément les massacres en Libye, alors que des témoins parlent de « bombardements de civils » par l’aviation libyenne.
De son côté, la Fédération internationale des droits de l’homme fait état de 300 à 400 morts dans la répression sanglante du soulèvement populaire du peuple libyen. Le président d’honneur de la FIDH, Patrick Baudouin, répond aux questions de Raphaëlle Duchemin

La version audio de l’intégralité de l’entretien de Patrick Baudouin, au micro France Info de Raphaëlle Duchemin (8’03 »)

« Nous tenons nos informations de sources sûres et crédibles », affirme Patrick Baudoin. « Et l’on peut parler hier en fin de journée d’un minimum de 300 à 400 victimes (…) Il y a utilisation d’armes lourdes et une répression absolument sanglante aujourd’hui en Libye », poursuit-il.

« Il faut mobiliser toutes les forces de la communauté internationale : l’Europe, les Etats-Unis, le conseil de sécurité des Nations unies (…) Ce qui se passe relève carrément du crime contre l’humanité, il y a donc aussi une possibiltié d’évoquer la saisine de la Cour pénale internationale », explique le président d’honneur de la FIDH.

Rappelons que la Libye est « un pays complètement monolithe où il n’y avait même pas d’élection, Kadhafi estimait que les élections étaient antidémocratiques en quelque sorte. Il y avait donc juste son clan, son parti et les gens de son entourage, une confiscation absolue de tous les pouvoirs et la corruption, les violations massives des droits de l’homme, l’absence de liberté d’expression, les détentions arbitraires, les disparition. Encore plus qu’ailleurs », détaille Patrick Baudouin.

« C’est une des dictatures les plus abominables de la planète. Cela va au-delà de tout ce qu’on peut imaginer », poursuit le président d’honneur de la FIGH.

Gilles Halais