Le rôle de Tunisnews, de Zouhair et les autres


Beaucoup d’analystes politiques et spécialistes de communication, notamment étrangers, se sont attardés, à juste titre, sur le rôle crucial d’Al Jazeera et des médias sociaux

(Facebook, Twitter, Youtube, blogues, etc.) dans le succès de la révolution Tunisienne (au moins de sa première phase). Tout le monde est d’accord que ses médias ont servi de relais

aux manifestants pour s’organiser, se communiquer, s’échanger l’information en temps reel, et les tunisiens peuvent etre fièrs d’etre les acteurs d’une premiere mondiale: une révolution dans la révolution! Cependant, ces spécialistes ont omis de signaler le rôle percurseur de Tunisinews, du feu Zouhair Yahyaoui, le plus célèbre cyber-dissident Tunisien et son TUNeZINE, Nawaat, Kalima, Tunisia Watch et bien d’autres, dans la transmission d’ informations pertinentes sur l’état des lieux de la situation en Tunisie.

Tunisnews mérite la palme d’or pour tous ses efforts quotidiens et inlassables, malgrè les ressources limitées d’une poignée de volontaires, qui ont permis a établir un pont entre les Tunisiens à l’étranger et ceux de l’intérieur qui parviendraient a contourner la censure implacable et sans répit, connue à travers le code tristement célèbre Ammar 404! Un appel amical à Tunisnews pour mettre ses archives à la disposition des chercheurs et notamment aux enquêteurs (si ces derniers s’avéreraient sérieux!).

Zouhair Yahyaoui était à la fois un héros de la pré-révolution et un hérault de la révolution. Que son âme repose (désormais) en paix! Je ne m’étalerais pas sur les contributions du fameux Omar Khayyam et ses fictions porteuses d’espoir qui ont preque visionné la réalité qui vient de se dérouler devant nos yeux, ou de l’audacieux Slim Bagga, la plume acerbe qui tirait à bout portant sur les voyoux pendant qu’ils comettaient leurs forfaits à ciel ouvert! Beaucoup d’autres méritent nos compliments. Une étude approfondie devrait inventorier leurs contributions et leur rendre justice.

Un observateur assidu de Tunisnews


(On ne peut qu’être d’accord, ndlr)