La journée du Lundi 31 janvier en Egypte


A retenir:

 L’armée semble prendre le partie des manifestants en annonçant que leurs revendications sont légitimes et qu’elle n’usera pas de la force contre eux. Mais elle reste omniprésente dans le nouveau gouvernement de Moubarak.

 Les critiques fusent en Israël sur le lâchage de Moubarak, un allié stratégique, par Barack Obama.

 Des évacuations d’Occidentaux sont en cours. La France, pour l’instant, n’a mis aucun dispositif de ce type en place. Des entreprises françaises, si.

20h10: Washington appelle Moubarak à négocier
La Maison blanche a déclaré lundi qu’elle n’allait pas choisir entre les manifestants égyptiens et les autorités. Par ailleurs, elle a appelé Hosni Moubarak à engager des négociations avec tous les groupes d’opposition.

19h45: Merkel nie avoir laissé tomber Moubarak
La chancelière allemande Angela Merkel a récusé lundi l’idée selon laquelle l’Europe et les Etats-Unis auraient lâché le président égyptien Hosni Moubarak. «Je ne crois pas que nous ayons laissé tomber l’Egypte», a-t-elle déclaré, s’adressant à la presse en compagnie du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, à Jérusalem. «On ne peut pas transiger avec ses principes et dire: ‘ils sont valables dans certains pays, où on peut exprimer ses pensées et voter librement, mais ils ne tiennent pas du tout dans d’autres’. Par conséquent, je ne crois pas que nous ayons laissé tomber qui que ce soit», a ajouté Angela Merkel.

19h35: La Russie recommande à ses ressortissants de quitter le pays
Les autorités russes ont vivement recommandé lundi à leurs ressortissants de ne pas se rendre en Egypte et conseillent à ceux qui s’y trouvent de rentrer en Russie. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères forme l’espoir d’une stabilisation rapide de la situation dans le plus peuplé des pays arabes, destination très prisée des touristes russes, mais appelle ses ressortissants à quitter le pays le plus rapidement possible.On estime que 40.000 Russes se trouvent actuellement en Egypte, pour la plupart dans les stations balnéaires des bords de la mer Rouge.

19h25: Une marche d’un million de personnes mardi?
C’est la volonté du comité de soutien de Mohamed El Baradeï. Elle doit avoir lieu à Alexandrie, la deuxième ville du pays. En fait, les manifestants voulaient venir au Caire mais les moyens de transports, notamment les chemins de fer, sont bloqués en direction de la capitale. Et un correspondant de la BBC explique que les contrôles routiers de l’armée autour du Caire empêchent les voitures de pénétrer dans la capitale.

19h18: L’armée n’agira pas contre les manifestants
La chaîne de télé officielle égyptienne annonce que l’armée n’utilisera pas la force ce soir contre les manifestants.

19h15: L’armée considère les revendications des Egyptiens comme «légitimes»
Dans un communiqué, l’armée égyptienne, qui n’avait pas encore pris partie officiellement, estiment que les revendications des Egyptiens sont
«légitimes».

18h50: Les Frères musulmans rejettent le nouveau gouvernement égyptien. Dans un communiqué, ils «invitent le peuple à continuer et à participer à des manifestations massives partout en Egypte afin que tout le régime – président, parti, ministres et Parlement – quitte le pouvoir»,

18h20: Les milices d’auto-défense de nouveau en place
C’est de nouveau le couvre-feu en Egypte. Et ce soir encore, les Egyptiens s’organisent en milice d’auto-défense pour se défendre d’éventuels pillages, rapporte sur son compte twitter un journaliste de CNN.

18h10: Des soldats égyptiens au Sinaï
Israël a accepté le déploiement par l’Egypte de 800 hommes dans la péninsule du Sinaï afin de renforcer sa sécurité, a-t-on appris lundi de source proche des services de sécurité israéliens. L’autorisation a été accordée à la requête du Caire, confronté à un soulèvement contre le régime du président Hosni Moubarak. Le Sinaï est démilitarisé dans le cadre de l’accord de paix de 1979 entre les deux pays.

18h05: Le pétrole flambe à cause de la situation en Egypte
Les contrats à termes sur le Brent ont dépassé lundi les 100 dollars le baril pour la première fois en 28 mois, les tentions en Egypte faisant craindre d’éventuelles interruptions de livraisons de pétrole transitant par le canal de Suez.

18h03: Netanyahou craint que l’Egypte ne devienne un nouvel Iran
Le chef du gouvernement israélien, Benjamin Netanyahou, a déclaré lundi suivre «avec vigilance et inquiétude» l’évolution de la situation en Egypte, où il craint l’avènement d’un régime identique à celui de la république islamique iranienne. «Notre vraie crainte c’est une situation qui pourrait déboucher, et qui a déjà débouché dans plusieurs pays, y compris en Iran même, sur des régimes radicaux islamistes répressifs», a-t-il dit.

17h05: L’UE veut une transition rapide et des élections libres
Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont entendus lundi pour inviter l’Egypte à engager une transition gouvernementale menant à des élections libres et justes, a indiqué lundi un diplomate européen. «Le conseil (des ministres de l’UE) appelle les autorités égyptiennes à ouvrir une transition ordonnée vers un gouvernement reposant sur une base élargie», a déclaré ce diplomate, reprenant le texte des conclusions qui devaient être rendues publiques lundi. Ceci doit «mener à un processus de réformes démocratiques substantielles avec un plein respect pour l’Etat de droit, les droits de l’homme et les libertés fondamentales, ouvrant la voie à une élection juste et libre», a-t-il poursuivi

16h20: EgyptAir annule des vols
La compagnie nationale égyptienne a annulé ses vols entre 17h00, heure locale, mardi et 10h00 mercredi, a rapporté lundi la télévision publique, sans plus de précisions.

16h00: Au moins 138 morts d’après Reuters
Selon un bilan officieux de Reuters, basé sur des sources médicales et des témoins, la répression en Egypte a fait au moins 138 morts. Mais l’agence précise que le bilan pourrait être très différent vu la situation chaotique.

15h50: L’UE appelle le pouvoir à dialoguer avec l’opposition
L’Union européenne a invité lundi les autorités égyptiennes à engager des pourparlers avec les mouvements d’opposition, à libérer les manifestants emprisonnés et à prendre des mesures destinées au renforcement de la démocratie. «Nous exhortons les autorités à libérer immédiatement tous les manifestants pacifiques qui se trouvent en détention», a déclaré lundi Catherne Ashton, en marge d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles. « Il est primordial que les autorités égyptiennes discutent de manière ouverte et pacifique avec tous les partis d’opposition et la société civile», a ajouté la Haute Représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

15h30: Turquie, Chypre, Grèce, Japon et Chine s’organisent aussi
La Turquie et Chypre ont pris des dispositions afin d’accueillir des touristes qui seraient évacués d’Egypte et accélérer leur transfert vers leurs destinations d’origine. Deux compagnies aériennes chinoises, Air China et Hainan Air, ont affrété chacune un avion pour rapatrier des Chinois. Un responsable du consulat de Chine a déclaré qu’au moins 500 ressortissants chinois étaient bloqués à l’aéroport international du Caire. Le ministère japonais des Affaires étrangères prévoyait d’évacuer quelque 500 ressortissants vers Rome. La Turquie a annoncé l’envoi de deux appareils de Turkish Airlines vers l’Egypte pour évacuer ses ressortissants. La Grèce, enfin, a mis des appareils militaires en alerte.

15h25: Etats-Unis et Grande-Bretagne organisent l’évacuation de leurs ressortissants
Si la France n’a toujours pas décidé d’évacuer ses ressortissants, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont commencé à s’organiser pour mettre en place le départ de leurs ressortissants «sur une base volontaire», selon l’ambassade de France au Caire. Un premier vol affrété par le gouvernement américain a quitté l’Egypte samedi avec 42 personnes à bord. Au total, sur 52.000 Américains présents dans le pays, 2.400 ont demandé à quitter le pays.

15h15: L’ambassade de France est «mobilisée»
L’ambassade de France au Caire est «mobilisée pour veiller à la sécurité de nos compatriotes résidents ou de passage» en Egypte, rappelle dans un communiqué le Quai d’Orsay. Plusieurs réunions se sont tenues, dont une avec la communauté française au lycée du Caire dimanche, rapporte le texte. Une autre aura lieu mercredi. Entre temps, insiste le ministère, «une liaison permanente est maintenue avec les entreprises françaises opérant en Égypte»

15h08: L’armée distribue du pain aux plus pauvres
Sur son compte Twitter, le jounaliste de CNN, Ivan Watson, explique que l’armée est beaucoup plus présente dans les rues de la capitale et que des soldats ont distribué du pain aux plus pauvres sur place Tahrir.

15h05: L’armée appelle au respect du couvre-feu
D’après un reporter de CNN au Caire, l’armée égyptienne appelle les manifestants à respecter le couvre-feu pour qu’ils puissent arrêter les hors-la-loi, ceux qui se rendent par exemple coupable de pillages.

14h59: Saint-Gobain propose le rapatriement à ses expatriés
Le groupe Saint-Gobain, qui emploie 300 personnes en Egypte, «a proposé le rapatriement aux familles d’expatriés», explique le service de presse du groupe à 20minutes.fr. Mais, précise-t-il, cela ne concerne que «10 familles», et tous ne sont pas Français, car l’immense majorité des salariés sont de nationalité égyptienne.

14h50: Les six journalistes d’Al Jazeera relâchés
La chaîne l’a annoncé en début d’après-midi, ses six journalistes arrêtés en fin de matinée par la police égyptienne ont été relâchés. Mais leur matériel, notamment les caméras, ont été saisies, annonce la chaîne panarabe.

14h40: Scène de chaos à l’aéroport du Caire
D’après AP, c’est le chaos à l’aéroport international du Caire, où des centaines d’étrangers tentent de fuir le pays.

14h10: Le ministre de l’Intérieur a été limogé
Si le nouveau gouvernement égyptien comporte peu de nouveautés, le ministre de l’IntérieurHabib el-Adli a été limogé, comme le souhaitaient les manifestants égyptiens. Il est remplacé par le général Mahmoud Wagdi, qui a dirigé les services d’enquête criminelle du Caire et a aussi l’administration pénitentiaire du pays.

13h55: Un journaliste d’Al Jazeera arrêté en Egypte témoigne
Sur son compte Twitter, il témoigne du flou de la situation. Il a été arrêté, son matériel est confisqué. Il ne sait pas s’il est arrêté ou expulsé.

13h43: Un nouveau gouvernement est formé
Hosni Moubarak l’avait annoncé, il formerait un nouveau gouvernement lundi. C’est fait. Et le ministre de la Défense Mohamed Tantaoui est nommé vice-Premier ministre, annonce Reuters. Il cumule les deux fonctions, ce qui renforce encore un peu plus l’emprise de l’appareil militaire sur le régime égyptien.

13h20: Cinq journalistes d’Al Jazeera arrêtés
Al Jazira a fait savoir que cinq journalistes de son service anglophone avaient été interpellés lundi au Caire, la capitale égyptienne, où, dimanche, la chaîne d’information panarabe en continu a reçu pour consigne de cesser ses opérations.

12h52: Le musée de Katanra pillé
Des pillards ont fait main basse sur un certain nombre d’objets archéologiques et en ont endommagé d’autres au musée de Kantara près d’Ismaïlia, dans l’est de l’Egypte, ont rapporté ce lundi des archéologues et des gardiens. Le musée de Kantara renfermait 3.000 objets des périodes romaine et byzantine, a-t-on déclaré de source proche de la police touristique. Selon un employé du musée, les pillards étaient à la recherche d’or. Bien qu’on leur ait dit qu’il n’y avait pas d’or dans le musée, ils se sont livrés au pillage, brisant certains objets et en emportant d’autres. Vendredi, des pillards se sont introduits au musée du Caire, qui renferme la plus grande collection au monde d’objets de l’antiquité égyptienne. Plusieurs statues et deux momies ont été endommagées.

12h24: Les valeurs françaises affectées par la crise égyptienne
La crise politique en Egypte affecte l’ensemble des marchés d’actions ce lundi matin et plus particulièrement les valeurs françaises les plus exposées à cette région tels que Société générale, Lafarge ou Club Med. Les titres Air France-KLM, Vicat et CFAO figurent aussi parmi les plus touchés par la crise égyptienne. «Le marché a pris conscience (du risque lié à la crise égyptienne) avec le décrochage de vendredi après-midi qui se prolonge. C’est la crainte d’un blocage du Canal de Suez, mais aussi un prétexte de consolidation sur des marchés qui ont bien monté et qui ont atteint des seuils de résistance», commente Frédéric Rozier, gérant chez Meeschaert Gestion privée.

12h21: Heineken suspend sa production en Egypte
Le brasseur néerlandais a annoncé ce lundi qu’il avait suspendu sa production en Egypte après les manifestations survenues dans le pays. Un porte-parole du groupe a déclaré que ni les conséquences financières de cet arrêt ni la date de reprise de l’activité n’étaient déterminées dans l’immédiat. Le troisième brasseur mondial a rapatrié 29 employés de nationalité néerlandaise ces derniers jours. Selon SNS Securities, les ventes de Heineken en Egypte sont estimées à plus de 160 millions d’euros par an dans la bière, le vin, les spiritueux et les boissons non-alcoolisées. Le groupe est également présent en Tunisie et en Algérie.

12h12: Vers un comité politique regroupant El Baradeï et les Frères musulmans?
Les Frères musulmans ont annoncé ce lundi qu’ils s’employaient à former un large comité politique avec l’opposant Mohamed El Baradeï, afin de nouer un dialogue avec l’armée égyptienne. «Nous sommes en train de discuter de la formation d’un large comité de négociation chargé des questions politiques, avec El Baradeï, qui reflète la volonté du peuple et qui négocierait avec l’armée», a déclaré un dirigeant des Frères musulmans, Essam el Erian. El Baradeï n’a pas encore été approché par les Frères musulmans en vue de former un tel comité, a déclaré le frère de l’opposant, Ali El Baradeï.

12h06: Le nouveau gouvernement a prêté serment
Un nouveau gouvernement égyptien a été mis sur pied, qui compte un nouveau ministre de l’Intérieur et un nouveau ministre des Finances, a déclaré ce lundi une source politique égyptienne. Le nouveau ministre de l’Intérieur est le général Mahmoud Wagdy, qui a dirigé les services d’enquête criminelle du Caire, selon la même source. Le ministre des Finances Youssef Boutros-Ghali a été remplacé par Gaoudat el Malt. Samedi dernier, le président Moubarak a désigné un nouveau Premier ministre en la personne d’Ahmed Chafik, ministre sortant de l’Aviation civile et ancien commandant de l’armée de l’air. Dans le même temps, Moubarak a pourvu le poste de vice-président, vacant depuis 30 ans, en nommant Omar Souleïmane, chef des services de renseignement.

11h54: La foule de retour en nombre dans le centre du Caire
Comme les jours précédents, la foule a afflué lundi matin place Tahrir, épicentre de la contestation au Caire. Le climat entre manifestants et militaires sur la place, au sixième jour du mouvement de protestation, demeurait dans l’ensemble détendu, et l’on voyait des gens offrir à manger aux soldats debout près de chars constellés de graffiti hostiles au président Hosni Moubarak. Les soldats contrôlaient les cartes d’identité des manifestants et une foule de plus en plus importante, plus d’un millier de personnes selon le Guardian, se rassemblait sur la place, rejoignant les militants qui avaient campé là tout au long de la nuit, malgré le couvre-feu imposé par les autorités. «L’armée doit choisir entre l’Egypte et Moubarak!», lisait-on sur une banderole.

11h36: Pour Tariq Ramadan, «nous allons vers une situation de transition»
«Des choses sont en train de se décider» afin de préparer la succession d’Hosni Moubarak, a indiqué ce lundi matin sur RTL l’intellectuel Tariq Ramadan. Selon lui, l’armée va continuer de jouer un «rôle essentiel» et le scénario va consister à «pouvoir garder ce système tout en changeant l’homme» pour des raisons géopolitiques. En face, les courants politiques sont trop «désorganisés», d’après Tariq Ramadan. «Ils sont tous derrière les slogans « Moubarak doit partir, le système doit tomber », mais il n’y aucune organisation», estime l’intellectuel qui a atténué l’importance des Frères musulmans, fondés par son grand-père maternel. Ceux-ci «n’ont pas la majorité» et essayent simplement, comme les autres, de «se placer dans le mouvement». Pour lui, «nous allons vers une situation de transition», les Etats-Unis cherchant la meilleure voie possible entre les militaires et Mohamed El Baradeï.

11h22: Bachar el-Assad évoque une «nouvelle ère» dans le monde arabe, mais pas pour la Syrie
Le président syrien a reconnu que le monde arabe vivait actuellement une «nouvelle ère» après les événements tunisien et égyptien, cependant, la situation est différente en Syrie, affirme-t-il dans un entretien au Wall Street Journal paru ce lundi. «Pourquoi la Syrie est stable alors que nous connaissons des conditions plus difficiles?», interroge-t-il, pointant du doigt l’embargo subi par son pays et l’aide financière apportée par les Etats-Unis à l’Egypte. «Nous sommes en croissance alors qu’il nous manque des besoins essentiels pour la population. Malgré tout cela, elle ne se révolte pas», ajoute-t-il, précisant que ce n’était pas seulement ces besoins et les réformes qui étaient en cause, mais «l’idéologie, les croyances et la cause que vous avez». «Il y a une différence entre avoir une cause et avoir un vide. Ainsi, nous avons beaucoup de choses en commun (avec la Tunisie et l’Egypte) mais, en même temps, les choses sont différentes», conclut Bachar el-Assad.

11h17: Importante présence militaire dans le centre du Caire ce lundi
L’armée est présente en nombre ce lundi dans le centre du Caire, mais «il y a des signes de bonnes relations entre les militaires et les manifestants», rapporte sur Twitter un journaliste de CNN. Il précise que les soldats ont distribué du pain aux pauvres.

11h06: Omar Sharif souhaite le départ d’Hosni Moubarak du pouvoir
Il est temps que le président égyptien Hosni Moubarak parte, a déclaré ce lundi Omar Sharif, acteur égyptien de légende. «Je pense que le président aurait dû démissionner vu que tout le peuple égyptien n’en veut plus», a dit Omar Sharif sur France Inter. «Ça fait 30 ans qu’il est président, ça suffit», a-t-il ajouté. «Le président n’a pas amélioré le train de vie des Egyptiens. Il y a des gens très très riches, même pas 1%, et tout le reste, c’est des pauvres», a poursuivi l’acteur, célèbre pour avoir joué le révolutionnaire et réformateur Sherif Ali dans le film «Lawrence d’Arabie» de 1962. Il s’est dit inquiet du renforcement des Frères musulmans que permettent les événements actuels en Egypte. «Je n’en veux pas. Ils étaient enfermés, ils commencent à sortir, ils sont 20% de la population et c’est un peu inquiétant», a-t-il dit.

10h54: Pour Dominique de Villepin, Hosni Moubarak devra partir
Le président égyptien Hosni Moubarak devra à terme quitter le pouvoir, a déclaré ce lundi Dominique de Villepin. «Oui, parce que d’abord il a 82 ans donc c’est un homme qui arrive en bout de course et qui n’a plus aujourd’hui l’autorité pour tenir les choses en main», a répondu sur I-Télé l’ancien Premier ministre. «Donc l’armée et les dignitaires du régime de toute façon se posent la question d’une véritable transition, d’un véritable changement à la tête de l’Etat, et ensuite parce que c’est une revendication forte de la rue et de la jeunesse et qu’il y a fort à parier qu’elles ne cèderont pas», a ajouté Dominique de Villepin.

10h52: Toute répression «se terminera mal» prévient la Grande-Bretagne
La Grande-Bretagne a averti ce lundi les autorités égyptiennes que toute répression des manifestations antigouvernementales en cours «se terminerait mal», mais n’est pas allée jusqu’à demander au président Hosni Moubarak, dont la foule réclame le départ, de se retirer. «Il est très important de préciser que pas plus que le président (américain) Obama, je ne dis qui doit diriger tel ou tel pays», a déclaré le Premier ministre britannique, David Cameron, à la BBC. «Je crois qu’il est bon de dire que ce pays est placé devant un choix, et que la répression, si tel est le choix qui est fait, se terminera mal pour l’Egypte, mal pour le monde entier. Ce ne serait pas le bon choix», a-t-il ajouté.

10h48: Nissan suspend provisoirement sa production
Nissan Motor a temporairement cessé sa production en Egypte après les manifestations survenues au Caire, a annoncé un porte-parole. Les chaînes de montage devraient rester à l’arrêt une semaine à partir de dimanche. Nissan assemble les modèles X-Trail, Sunny et Pickup dans son usine de Giza, près de la capitale. Il y a produit quelque 10.000 véhicules sur l’exercice clos fin mars 2010, a précisé le porte-parole.

10h45: Lafarge rapatrie provisoirement une partie de son personnel
Lafarge a annoncé dimanche soir le rapatriement provisoire d’une partie de ses expatriés et de leur famille d’Egypte. Le premier cimentier mondial précise dans un communiqué que la mesure concerne une trentaine de personnes. «Cette décision est temporaire», note Lafarge. «Elle concerne moins de la moitié des expatriés de Lafarge au Caire et une proportion très faible du management de Lafarge en Egypte», ajoute le texte. Le groupe dit aussi que cette décision n’a pas d’impact sur ses activités dans le pays.

10h42: Le trafic du canal de Suez perturbé
Les navires ne trouvent plus dans le port de Suez d’escortes militaires capables d’assurer leur protection lors de la traversée du golfe d’Aden dont les eaux sont sillonnées par les pirates. Les navires marchands continuent de franchir sans retard et sans annulation le canal de Suez, important point de transit pour l’acheminement du pétrole brut et d’autres importations à destination de l’Europe. Mais les opérations portuaires sont, elles, ralenties en raison des manifestations contre le président Hosni Moubarak, certaines marchandises n’étant pas déchargées à quai et certains employés n’ayant pu se rendre à leur travail. Plus de 34.000 bateaux ont transité par le canal en 2009, parmi lesquels près de 2.700 pétroliers transportant environ 29 millions de tonnes de brut, selon l’administration américaine de l’information sur l’énergie.

10h39: La Chine appelle à un rétablissement de l’ordre aussi rapide que possible
La Chine a appelé à un rétablissement de l’ordre en Egypte aussi rapidement que possible, sans prendre ouvertement parti dans la crise politique qui menace le président Hosni Moubarak. Cet appel reflète la position traditionnelle de Pékin peu enclin à critiquer les gouvernements autoritaires dans les pays en voie de développement en même temps que son influence limitée au Proche-Orient. «L’Egypte est une amie de la Chine et nous espérons que l’Egypte va retrouver une stabilité sociale et un ordre normal dès que possible», a indiqué le ministère des Affaires étrangères chinois.

10h34: Hugo Chavez dénonce le rôle «honteux» des Etats-Unis
Le président vénézuélien a accusé dimanche les Etats-Unis de jouer un rôle «honteux» dans la crise égyptienne et de soutenir hypocritement, avant de les abandonner, des hommes forts un peu partout dans le monde. Hugo Chavez a dit avoir discuté des manifestations en Egypte et ailleurs dans le monde arabe avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et avec le président syrien Bachar al Assad. «Maintenant vous voyez des commentaires de Washington et de certaines nations européennes. Ainsi que me le disait le président Kadhafi, c’est honteux, cela vous rend malade de voir l’ingérence des Etats-Unis, qui veulent prendre le contrôle», a indiqué le président vénézuélien, se gaussant de la «politique étrangère du caméléon» des Etats-Unis.

10h31: L’exportation de gaz naturel à destination d’Israël se poursuit
Le ministère israélien des Infrastructures a déclaré dimanche que l’Egypte continuait de fournir Israël en gaz naturel en dépit des troubles politiques que traverse le pays mais qu’il était prêt à faire face à d’éventuelles perturbations. East Mediterranean Gas (EMG), compagnie égypto-israélienne, fournit annuellement quelque 2,1 milliards de m3 de gaz naturel à Israël.

Les Egyptiens n’en démordent pas. Alors que des milliers de personnes ont une nouvelle fois bravé le couvre-feu instauré dans l’ensemble du pays dans la nuit de dimanche à lundi, une grève générale est prévue ce lundi pour réclamer le départ du chef de l’Etat au pouvoir depuis 30 ans.

Mal en point, Hosni Moubarak ne compte plus que sur l’armée pour rester en poste, même si celui-ci est en sursis, la communauté internationale, Etats-Unis en tête, cherchant la meilleure issue possible pour ne pas déstabiliser l’équilibre géopolitique de la région.