L’allégeance de Carthage à KARTHAGO Par DadiKom


Lire aussi :

Du même auteur [Objectifs politiquement modifiés par Dadi Kom
mercredi 25 janvier 2006->art2060]

Sur le même sujet :

« Décollage ou délestage : Tunis Air Versus Karthago Airlines » mercredi 20 juillet 2005, par Le désenchanté

« Il n’y a d’allégeance qu’à la Tunisie », voici encore un slogan fascisant,
lancé récemment par Zine El Abidine Ben Ali lors de la célébration du
cinquantenaire de l’Indépendance. Fascisant, parce qu’au nom de la Tunisie,
cette allégeance s’oriente forcément vers le régime en place ; donc, vers la
tête du pouvoir.

Inutile de rappeler que la vraie allégeance devrait être
au vrai citoyen tunisien à sa liberté, à son identité et à son destin arabo-musulman.

Mais pourquoi Ben Ali revient-il à ce principe élastique?

À ma connaissance et depuis l’indépendance, aucune des oppositions
tunisiennes, déclarées ou clandestines, légales ou illégales, n’a prôné une
allégeance à aucun pays autre que la Tunisie. Ni la dimension universelle
qu’expriment naguère les communistes tunisiens ou, ces jours-ci, les
islamistes, ni la dimension pan-arabique qu’expriment les oppositions
arabistes (Baathistes, Nasséristes, nationalistes arabes…) ne sont une
raison pour taxer ces courants d’allégeance à autrui.

La Tunisie en tant que
pays n’est pas mise en cause par ces courants. La question c’est qu’à chacun
sa lecture quant au salut de la Tunisie.. Sinon, un régime comme celui de la
Tunisie, pro-américain depuis 50 ans, ne pourrait pas nier son allégeance
(sous forme d’obédience) à Washington.!
Derrière ce slogan, j’ai plutôt tendance à chercher, un message lancé non
pas à des opposants, mais à des partenaires pas honnêtes. Sans devenir une
affaire politico-financière qui frôle le scandale, l’affaire, encore
discrète, de la compagnie aérienne KARTHAGO, traduit une certaine gêne
auprès de la belle-famille au pouvoir présidentiel, qui possède cette
compagnie.
René Trabelsi, juif-tunisien, originaire de Djerba, a été depuis le début,
choisi (par les Trabelsis présidentiels) comme partenaire pour diriger en
France la compagnie KARTHAGO.. Il s’est avéré que ce gérant, en plus des ses
démarches promotionnelles auprès des juifs tunisiens de France exclusivement
(voyages organisés vers la synagogue de Ghriba à Djerba), faisait don de ses
bénéfices à Israël, ce qui a beaucoup gêné la famille au pouvoir tunisien. D’où
la décision officielle de permettre à une autre compagnie étrangère
d’assurer des vols promotionnels Paris-Djerba, et de penser sérieusement à
changer ce René Trabelsi, partenaire (« tuniso »-franco-« israélien ») de
KARTHAGO.. et l’affaire continue en tapinois..
Dadikom
Paris