Communiqué : Les internautes sous contrôle administratif.


Comité international de soutien aux internautes de Zarzis
Présidente : Hélène Flautre, Parlementaire européen
Site www.zarzis.org

Les internautes sous contrôle administratif.
Zarzis une prison à ciel ouvert

Libérés le 27 février dernier après trois ans de détention, les internautes de Zarzis sont depuis cette date l’objet de persécutions tant policières qu’administratives. La dernière en date est la confirmation de leur assignation à résidence pendant 10 ans, soit le temps qu’il leur restait à passer en prison, assortie de 5 ans de contrôles administratifs.

Ainsi les actes d’accusation, qui les ont conduit à une condamnation de 13 ans de prison, lors de procès dont l’impartialité a été remise en cause par les avocats et les ONG internationales, sont maintenus. Ils ont été libérés mais sont toujours considérés comme coupables aux yeux de l’administration et des services de Police.

Aux dernières violences contre Abdelghaffar Guiza se sont succédés les obstacles mis par l’administration tunisienne à leur liberté de circulation hors de la ville de Zarzis.
Comment Abdelghaffar Guiza, atteint d’une tuberculose, va-t-il pouvoir accéder aux soins que nécessite son état ? Comment Omar Chlendi pourra t’il rejoindre sa famille en France ou au Portugal et Aymen Mcharek la sienne en Allemagne ?

Nous rappelons que MAHROUG Hamza, BEL HAJJ IBRAHIM Ridha, GUIZA Abdelghaffar, RACHED Omar, MCHAREK Aymen et CHLENDI Omar sont innocents, que leurs seuls crimes est d’avoir surfé sur Internet et nous exigeons donc que leur soient restitués tous les droits dont ils ont été privés et en particulier la liberté de circuler en toute liberté.

Paris, le 30 mars 2006