Sommet mondial sur la société de l’information


Prepcom3 19-30 septembre 2005

Participation les 21-22 septembre

par Térésa Chopin

Arrivée 11h00 mercredi 21septembre. Accueil chaleureux par nos amis tunisiens de Suisse qui, comme d’habitude, sont toujours présents pour la défense des droits humains et ont tout organisé pour accueillir tous les participants de la Société Civile Tunisienne et moi même.

Je rencontre Madame ABBOU, les larmes aux yeux, nous échangeons nos cris de douleur et de révolte contre l’injustice ; nous vivons la même souffrance.

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_313b8ab1.png

La télévision Suisse est également présente et prend nos témoignages. Nous décrivons l’une et l’autre la situation de nos prisonniers, et surtout, les conditions de leur détention et a quel point cette situation nous a détruit la vie.

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m6d98b064.png

14h00 : Conférence

EST-CE QUE LA TUNISIE EST ENCORE UN ETAT LEGAL ?

Quelques brèves de la conférence

Avec la participation de la Société Civile Tunisienne

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_2fceec7e.png

Ouverture de la séance par l’affaire de Maître ABBOU

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m3dc4d3ab.pngCOMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m34cac8bb.png

Madame ABBOU témoigne de l’arrestation de son époux et de tout ce qu’elle a subi

(arrêté et condamné à 3 ans et 6 mois de prison pour avoir publié quelques pages sur les droits humains en Tunisie)

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_48c2adf0.png

Introduction par Yves Steiner

Membre de AI-CH COMUNICA-CH (Amnesty Internationale)

Durant toute cette phase du SMSI les Gouvernements présents parlent de la situation en Tunisie concernant les droits humains ; on parle beaucoup également des libertés d’expression et d’internet, pratique de l’état de droit en Tunisie.

La situation est grave.

Beaucoup de gouvernements ont pris des responsabilités durant la phase du SMSI prepcom2 ils devront les respecter

Pour l’indépendance de la justice

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m42ff477c.png
Conseil de l’ordre des avocats tunisiens

Association des magistrats tunisiens

Association de lutte contre la torture

Maître Raouf : ex membre du conseil de l’ordre des avocats

Le ministère de la justice maintien une main mise sur les instructions et tient des dossiers personnels de chaque juge au ministère de l’intérieur. Les dossiers sont tenus au secret et les Juges n’ont pas le droit de les consulter. Les avancements des juges ce font sur des jugements inconnus.

De gros fonctionnaires manipulent la loi et la justice.

Abderabak Kilani : avocat membre du conseil de l’ordre

Cette journée est dédiée à Me ABBOU qui combattait l’émergence

de l’état de droit et j’interviens principalement pour l’affaire ABBOU qui est une véritable mascarade. Notre sort est le même.

Radhia Nasraoui : avocate

Association de lutte contre la torture

Merci de nous offrir cette occasion de pouvoir nous exprimer, le métier d’avocat est devenu un métier à hauts risques, plusieurs cabinets ont été saccagés, les enfants d’avocats terrorisés, les filatures.

Nos clients subissent le même sort, surtout ceux qui ont des affaires commerciales et immobilières.

La situation s’aggrave de plus en plus et les confrères sont agressés , c’est devenu un problème quotidien pour nous, nous n’arrivons plus à accomplir notre travail.

Même munie d’un permis de visite, je n’ai pu rendre visite à mon confrère ABBOU.

Sonia Ben Amor à été sauvagement agressée par le directeur de la prison, pour vouloir rendre visite à son client.

Nous ne pouvons pas exprimer notre solidarité à un collègue, nous n’avons plus le droit de photocopier les pièces des dossiers ni de faire appel à témoins dans les affaires que nous défendons.

Tous les jours ont nous arrache des droits !

Des jeunes sont emprisonnés pour rien, il y a les internautes de Zarzis, Bizerte, l’Ariana et bien d’autres et nous ne pouvons pas faire valoir la justice.

Les droits d’expression

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_5ae10296.png

Neziha Rjiba : Ligue tunisienne des droits de l’homme

Shiem Bensedrine : Conseil pour les libertés en Tunisie

Essia Belhassem :Association des femmes démocrates

Samir Dilou : Association internationale de soutien aux prisonniers politiques

Les droits d’expression et d’information sont complètement inexistants dans notre pays.

Pas d’obtention de visa pour les journaux, Internet muselé.

Les difficultés de communication et d’information se sont énormément aggravées.

Les courriers n’arrivent pas et les e-mails sont détournés.

Les difficultés à communiquer sans police d’état sont énormes.

Echange de questions réponses

Témoignage de la présidente de Vérité Action à Genève :

L’état de droit est aussi à l’extérieur de la Tunisie, nos sites sont bloqués en Tunisie

Les journalistes ne peuvent pas faire leur travail.

Mon témoignage

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_d8e6a8f.png

Dans cette salle , lors des échanges de parole il vient de se dire (par les partisans du pouvoir en place) que la Tunisie est un pays de carte postale, que certaines personnes ici présentes n’ont jamais eu de problèmes ! Et pour cause !

Je souhaiterai que ce soit le cas

Moi je vous confirme ce que je vis tout les jours et ce que je vois quand je me rends à la prison ou est enfermé mon fils.

Je vous témoigne de la misère humaine dans ces prisons : tous les prisonniers souffrent de maladies de la peau par manque d’hygiène, de tortures, de malnutrition …..

Mon fils a attendu plus de 2 ans avant qu’un médecin daigne lui prescrire , et lui donner, un antibiotique pour ses infections multiples et on s’est rendu compte qu’il avait la gale au bout d’un an.

Lors des rares occasions où je peux le voir, son état physique et moral est tellement dégradé que j’ai l’impression de voir devant moi un vieil homme, alors qu’il n’a que 22 ans !!!

Ils sont tous détenus dans des conditions inhumaines.

Ils sont incarcérés pour association de malfaiteurs, avec pour seule preuve : des dossiers vides.

Il a fallu que la défense insiste pour avoir des pièces à conviction.

Ces pièces, les avocats ne les avaient jamais vues ; elles ont été présentées lors du procès en appel du 6 juillet 2004 après une coupure d’audience :

 des documents téléchargés sur internet dont personne ne connaissait la provenance,

 une carte de recharge pour téléphone portable reliée a un fil de cuivre et un papier aluminium, qui devait servir à débiter les distributeurs de billets pour financer une opération terroriste

 un tube de colle d’écolier.

Voilà les pièces à conviction de parfaits terroristes !!!!

Le juge, lors du procès en appel, s’en est amusé en disant que le jeune(mon fils) qui avait conçu la carte pour débiter des distributeur de billets, méritait un prix.

Et pourtant, ces jeunes ont été condamnés à 13 ans de prison, voilà un exemple de justice équitable !

Je demande à ce que la Tunisie applique la déclaration universelle des droits de l’homme et j’insiste sur le mot «UNIVERSELLE » car elle a été faite pour TOUS !

Nous sommes TOUS nés avec les mêmes droits.

Merci à vous.

BREVES D’OBSERVATEURS INTERNATIONAUX

Meryem Marzouki : WSIS-HR-CAUCUS

La situation ne s’est pas améliorée, au contraire, l’attitude du gouvernement le prouve.

Chaque gouvernement doit prendre ses responsabilités pour le SMSI.

Steve Buckley : IFEX

Je m’engage, pendant le sommet, à faire pression. Un premier rapport à été fait ; toutes les ONG doivent se rencontrer pour mettre en place un plan de travail.

Sean Osiochru : CRIS Campagne

Les difficultés d’expression sont fondamentales ; j’ai passé quelques jours en Tunisie et je peux confirmer que les harcèlements sont de tous les jours.

Il y a des efforts à faire et c’est très triste que le gouvernement Tunisien n’ait rien apporté au SMSI.

J’ai fait un rapport. Nous allons voir comment faire pression.

Quand les entreprises négocient avec la Tunisie, elles doivent savoir que la Tunisie est un état de droit

L’état Suisse, organisateur du Sommet, a des responsabilités morales, il doit demander une réunion aux Nations Unies et ne pas garder le silence.


Fin de soirée du 21 septembre à Genève

Rassemblement pour la libération de Mohamed ABBOU, les internautes de Zarzis et tous les prisonniers politiques

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m311ef9a1.png
COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_dce9c58.png
COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m1a5881a5.png

La sympathique équipe de la télévision suisse a été présente toute la journée


Jeudi 22 septembre

Conférence

au Palais des Nations

Association tunisienne des femme démocrates

Droits de la femme en Tunisie.

Conférence très contestée par une salle à moitié remplie par les partisans du pouvoir Tunisien.


Quelques mots de madame ABBOU :

COMPTE_RENDU_SMSI_09_html_m34cac8bb.png

L’arrestation de mon époux est illégale. S’il est exacte qu’il a agressé une de ses consoeurs,

pourquoi l’avoir jugé 2 ans et 8 mois plus tard ???

Pour moi, la conclusion, c’est que l’état a utilisé les dires d’une femme dans le but de cacher la réalité de cette affaire qui reste un mystère.

Je souhaiterai connaître la vérité.

J’ai pu entrer par force dans la salle du tribunal, non pas pour assister à une audience, mais à un scandale !

je vais le voir en prison, mais je suis toujours surveillée, mes enfants sont terrorisés et je ne suis pas libre de parler avec mon mari.

Ils m’interdisent de parler de divers sujets, sinon ils m’interdisent les visites.

Dans la cellule de mon mari les conditions de détention sont très pénibles, ils le détruisent moralement et physiquement avec des médicaments ; mon mari a voulu faire des examens médicaux, mais on le lui a interdit.

Notre situation est devenue un enfer, et sommes dans l’obligation de subir tant que RIEN ni PERSONNE ne changera ce système.

Notre peuple est manipulé et est devenu lâche.

J’espère que le SMSI va contribuer à ce que les autres états se rendent compte de la situation dans notre pays.


Il est déjà 12h00 et je dois repartir pour Paris


Le Sommet Mondial des Sociétés d’Information va-t-il contribuer à l’amélioration des droits humains en Tunisie ?


Térésa CHOPIN